DES NOUVELLES !!!!!

Olalalaaaaa ! Voici bien longtemps que nous avons pas donné de nouvelles des Jardins de PIMBA ! Et pour cause, il nous faut travailler dur en ce moment pour pallier les grosses semaines de mauvais temps du début d’année ainsi que les 3 dernières semaines de pluies ou il a fallu attendre le retour du beau temps et sec pour pouvoir retravailler la terre… Mais que cela ne tienne, tout pousse !!

Bref : Aubergines, poivrons, tomates, courgettes, concombres, pommes de terre, oignons/échalotes, choux, courges….. certaines commencent à donner, d’autres sont déjà en pleine production !!!!

Nous étudions la meilleure solution d’horaires pour cet été : vous en serez plus dans quelques jours !!

 

 

LES 10 ANS DE L’AMAP SAINT FELIX A NANTES

Nous avons fêté dignement les 10 ans de l’Amap ST FELIX avec un apéro dinatoire sur le lieu de la distribution… Nous étions presque tous là et nous avons organisé un petit jeu sur les saveurs : Il fallait retrouver les ingrédients dans chaque préparation – un bon ingrédient = 1 point, un mauvais ingrédient = -2 points….

les équipes Carottes, salades, tomates, fenouil, patates.. de -13 à 4.. ils n’ont pas démérité ! Bravo

 

CIRAFINE, CIJOSEE, CHARLOTTE !!!

Avant désherbage !

Après désherbage !!

Chaque année au printemps, les fraises font leur retour sur les étals, et ce pour notre plus grand plaisir ! Elles redonnent des couleurs à nos assiettes, émoustillent nos papilles… et surtout nous apportent une bonne dose de vitamines et d’antioxydants. Peu caloriques, elles peuvent même se consommer sans modération. Il ne vous reste plus qu’à trouver la variété la plus à votre goût…
Ici au Jardin de PIMBA, nous avons principalement 3 variétés de fraises :

La fraise « Mara des Bois » est une variété remontante qui fructifie de fin mai jusqu’à octobre. Ce fraisier se distingue par le délicieux goût de fraise des bois de ses fruits et par sa production importante pouvant atteindre 1 kg par plant.
La fraise « Cirafine » fait partie des variétés de fraises remontantes et produit ainsi jusqu’aux premières gelées. Issue de recherches à partir de la Mara des Bois, on lui trouve une jolie présentation de fraise allongée, avec un goût fruité, bien équilibré entre le sucré et l’acide et une chair tendre.
La fraise « Cijosée » vous offrira plusieurs récoltes de fruits tout au long de l’année pour faire le plein de gourmandise. Avec ces fraises fermes et goûteuses, vous ne pourrez pas résister à ces fruits rouges écarlates bien juteux et parfumés.
et nous avons aussi un petit peu de fraise « Charlotte« , qui vous séduira par son goût prononcé de fraise des bois, sucré et peu acide.

Patientez encore quelques jours, et d’ici à la fin mai (si les gelées ne nous font pas encore trop de dégâts), la cueillette s’ouvrira !

NOTRE NURSERIE !!

Voilà quelques semaines maintenant que nous avons commencé nos séries de semis : Oignons, tomates, choux, aromatiques, salades, courges en tout genre… Elles tentent toutes de pousser malgré les températures peu clémentes en ce moment…. Le point de germination des tomates se situe a 15° par exemple…. Malgré tout, tout commence à point nommé à prospérer, voyez par vous même !!!

UN PETIT CALCUL ?

Vous prenez un motte de terre et vous y placez entre 1 et 3 graines de poireaux (avec l’utilisation de ma motteuse !). Passez quelques heures à fabriquer des mottes, les mettre en place grâce a la « pelle à motte » dans des casiers prévus à cette effet. Laissez les germer quelques jours et puis transférez-les sous un tunnel de culture.

 

A raison de 1/3 graines par mottes, avec 13×7 mottes par casier, à raison de 280 casiers posés hier et ce matin : calculer le nombre de plants de poireaux qu’il faudra transplanter d’ici quelques mois !!

Allez je vous aide :
1 graine X 13 x 7 x 280 : 25480 plants
2 graines x 13 x 7 x 280 : 50960 plants
3 graines x 13 x 7 x 280 : 76440 plants

On vous rassure, toutes les mottes de donnent pas forcément de plants, mais cela donne une idée du travail que représente une saison de poireaux.

LES AMAPIENS DE SAINT FELIX AU TRAVAIL

L’AMAP représente un acte de consommation raisonnée. Elle est fondée à l’échelle locale, sur la transparence et la confiance entre un producteur et des consommateurs.
Elle représente également la volonté de consommer des produits économiquement justes, socialement équitables et respectueux de l’environnement.

Un des engagements du producteur est de proposer suivant les besoins et les projets, des temps de formation où les amapiens pourront participer aux travaux de culture !

Enjoy !!!!

LE MOIS D’AVRIL

« en avril, ne te découvre pas d’un fil; en mai, fais ce qu’il te plaît ; en juin, tu te vêtiras d’un rien »,
« au mois d’avril, tout arbre a son bourgeon »,
« avril pluvieux et mai venteux ne rendent pas le paysan disetteux »,
« achète des chevaux, bœufs, vaches et brebis en avril ».

Voici quelques dictons du mois d’avril – sont ils toujours d’actualités ?

NOUVEAUX HORAIRES A VENIR !!!

Pour nous permettre de travailler la terre, les semis, le désherbage, la maintenance et les plantations et sans que le coût d’une personne pour tenir le magasin plombe la trésorerie, les horaires d’ouverture du hangar vont changer à partir du 1er Avril (et ce n’est pas un poisson !!).

MARDI : de 15h00 à 17h00
JEUDI : de 17h00 à 19h00
SAMEDI : de 10h00 à 12h30

Et ceci jusqu’au 1er juillet.

Merci de noter cela dans vos agendas respectifs !

 

 

LA POIREE : CHERCHE LA GROSSE BETTE !!

Les botanistes s’accordent à dire que la Bette maritime, Beta Vultaris Maritima, est à l’origine des Betteraves d’une part, et des Poirées d’autres parts. Dans le premier cas, le grossissement,t de la racine est à l’origine de la différenciation alors que pour les Poirées, c’est l’épaississement du pétiole qui les voit émerger.

Jusqu’au moyen âge, la Bette traine une réputation peu rutilante, héritée des Grecs et des Romains qui la considéraient même comme nuisible. C’est avec la formations des cardes qu’elle gagne ses galons, et passe du statut d’ingrédient pour la soupe à celui de légume à part entière. Pourtant, elle ne se développera que timidement et connaitra un intérêt très localisé et régional.

La région parisienne s’est pourtant illustrée à travers ses habiles maraichers : Blonde à cardes vertes semble être à l’origine des autres variétés. Ce légume ne pouvait pas mieux commencer, car c’est une Bette remarquable. La recherche de larges cardes bien blanches a été la préoccupation des améliorations.

Jusque dans les années 50, on trouvait encore : Blonde à cardes blanches, Vert foncé à cardes blanches, Vertes à cardes blanches, très larges cardes et encore Poirée Lucullus frisée blonde à cardes blanches. Dans le sud on préférait « Cicla » avec ses très larges côtes.

Aujourd’hui, le catalogue s’est sensiblement réduit, seulement trois Poirées subsistent au catalogue officiel et une seule au catalogue amateur : Quelle Misère !

 

1 2 3 4 7