LE MOIS DE NOVEMBRE

Avec ses fleurettes blanches et nuageuses qui n’écloront jamais, le chou-fleur renferme une richesse nutritionnelle et culinaire encore trop peu connue…Les variétés de choux-fleur fleurissent toute l’année. On parle donc de chou-fleur de printemps, d’été, d’automne et d’hiver.

On voit arriver également sur les marchés des choux-fleur violets, oranges et verts, qui permettent de varier les plaisirs !

Originaire du Proche-Orient, le chou-fleur était déjà consommé des Grecs et des Romains. Puis il fut oublié jusqu’au XVIe siècle, où il réapparut tel un légume nouveau. Le chou-fleur fut introduit d’abord dans le jardin de Louis XIV, puis pris ses lettres de noblesse sous Louis XV. Celui-ci appela les plats à base de chou-fleur « à la du Barry », du nom d’une de ses favorite. Au début, le chou-fleur s’obtenait difficilement. Les graines provenaient de Chypre.Ce n’est qu’au XVIIe siècle qu’il pu être obtenu par semis en France. Aujourd’hui, plus de vingt variétés de chou-fleur sont produites en France, notamment en Bretagne et en Rhône-Alpes.
Comme tous les choux, le chou-fleur fait partie des incontournables d’une alimentation équilibrée. Le chou-fleur est constitué de plus de 90% d’eau et possède ‘un très bon taux en vitamine C (une portion de 200 g en fournie 60 mg, après cuisson !), de vitamines du groupe B, potassium, magnésium (10% du besoin quotidien), calcium et d’un large éventail d’oligo-éléments. Ce légume est composé à 2,5% de fibres alimentaires, dont de la pectine qui donne un côté moelleux. Grâce à cela, il s’agit d’un des légumes les plus efficaces pour lutter contre la constipation. Ces fibres, associées à des sucres rares, accélèrent le transit intestinal.

Des apports, mais pas d’excès !
Il s’agit d’un légume particulièrement intéressant pour son apport en minéraux et en vitamines, mais aussi pour éviter tout excès énergétique. En effet, une portion de 200 g fournit moins de 50 kcalories. De plus, la présence de fibres régularise et ralentit l’assimilation des divers glucides.